AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent

Aller en bas 
AuteurMessage
Levesque Sofia Angel
« Rien n'arrive par hasard »
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 29
JOB : Serveuse au café bar avant d'atterir ici
MOOD : Good ? Hum, I know
Date d'inscription : 09/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 19
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Jeu 10 Sep - 18:09

-Voici votre clé mademoiselle Levesque, bon séjour.

C'est avec un immense sourire que la jeune femme de l'accueil tendit les clés de ce qui allait être la demeure de Sofia. La pièce métallique sembla étrangement froide dans les mains de Sofia. La jeune fille remit une mèche de cheveux bruns derrière son oreille, sa bague en argent blanc cogna contre ses boucles rouges. Elle mit les clés dans la serrure et la porte s'ouvrit dans un léger grincement.

*Enfin chez nous*

Elle souriait, ce voyage était inespéré pour elle, un peu de calme, de repos dans un cadre inconnu. * Tout frais payés de surcroît* La jeune femme regarda autour d'elle. La chambre était spacieuse, et comportait deux lits de une place. Un à gauche et à droite. Les deux lits donnaient sur une grande baie vitrée. Mlle Levesque se dirigea vers le lit de gauche, posa sa valise et s'approcha de la fenêtre. La vue était imprenable su la forêt au loin. Sombre et dense elle fit frissonner la jeune fille, il lui semblait que le soleil ne parvenait pas à traverser les feuillages denses des arbres. Le soleil tombait au loin et le ciel était rouge.

*Ciel d'orage*

Sofia se dirigea vers la salle de bain de la chambre, grande elle comportait le nécessaire. La jeune fille décida de prendre une douche rapide avant de déballer ses affaires.

Elle ouvrit le robinet d'eau chaude à fond, le bruit de l'eau la rassurait toujours. Elle retira sa veste blanche en jean, attacha ses longs cheveux en chignon de danseuse, retira ses boucles rondes rouges et fit glisser sa robe rouge le long de son corps menu. Evitant de s'observer dans le miroir elle se glissa dans la douche où la buée commençait à poindre. Pendant que l'eau glissait le long de son visage, faisant couler son mascara en formant une longue bande semblable à deux cernes, Sofia se rendant enfin compte de ce qui se passait.

*Je ne rêve pas... Un jeu m'envoie sur une île paradisiaque où on m'offre le gîte et le couvert. La chance aurait elle tournée *


Toutes à ses pensées elle ne vit pas les minutes s'écouler, et le soleil disparaître lentement à l'horizon.

Lorsque l'ambiance sauna l'empêcha de respirer à sa guise, Sofia ferma les robinets et sortit de la salle de bains. Elle enfila un shorty bleu marine et un soutien gorge bleu pâle.

-A nous valises.

Elle essaya de sourire mais rien n'y faisait. Etait ce la baisse de lumière ? Ou bien l'ambiance tout à fait étrange de l'endroit. Elle ne savait pas réellement. Sofia commença à déballer ses affaires, à les disposer par tas bien propres avant de les ranger. Elle avait peu emmener avec l'idée d'acheter sur place.

*Toute personne normale fait ça.*

Ses doigts heurtèrent alors le cadre qui ne la quittait pas, sa mère et elle, Sofia ne devait avoir que 9 ans, le cancer venait d'être décelé. Ce jour là la petite Sofia avait tout fait pour organiser une sortie à la fête foraine avec Enora, pour la sortir. Ce jour là elle avait eu droit à tout : les manèges, la barbe à papa, les nounours en peluche, les jeux de pêches aux canards, les clowns. Tout.

-Allez m'man vient ça nous fera un souvenir.
-Je suis hideuse sur les photos.
-On s'en fiche, moi aussi alors.
-On sourit mesdames ?
-Tu as entendu maman je suis une dame !
-Mais ne bouge pas.


Ce jour là le photographe mis du temps à appuyer sur la gâchette de l'objectif, cette photo là n'était qu'un nuage de poussières éclairées par le soleil, et au sol il y avait Enora, Sofia était assise sur ses flancs. Et toutes les deux riraient aux éclats.

*Maman*

Qui aurait pu dire à cette petite fille que ces années là seraient les dernières de sa maman. Qui aurait pu lui dire que sa maman mourrait seule parce qu'elle serait trop énervée pour comprendre...

Étouffant une montée de larmes Sofia se reprit juste à temps avant de s'apercevoir qu'elle n'était pas seule.


[c'est super court mais c'est le début ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly E. Graham

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 08/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 25 ans;
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Sam 12 Sep - 0:11

Le voyage avait été long pour Kelly, mais, elle y était enfin. Du bateau, elle pouvait voir très distinctement devant elle se dessiner la côte de l'île de Deavon. Petite île. On ne pouvait y accéder que par bateau, ce qui lui avait, d'ailleurs, causé bien des soucis. Partie le matin même à 6 heures de chez elle, Kelly avait enregistré sa lourde valise à 8 heures, son vol ayant été retardé... Lourde valise ? Kelly était du genre à prévoir beaucoup et trop. Elle n'aimait pas se retrouver à mettre toujours les même choses et préférait avoir le choix.

Le choix d'aujourd'hui avait été la facilité. D'une part parce qu'elle portait un jogging gris, confortable, qu'elle avait assorti à son fameux T-shirt I Love New York qu'elle avait ramené il y a quelques années d'un voyage à la grosse pomme. Facilité d'autre part, par le fait même de partir. Partir loin des difficultés de son quotidien qui s'avérait être un enfer à Chicago. Elle voulait juste s'en aller, quitter toutes ses contraintes, la honte qu'elle avait vis-à-vis de son travail, la situation qu'elle occupait. Elle voulait s'évader, ne plus penser à rien, ne plus penser à lui...

Le vent de la mer faisait virevolter les cheveux blonds de Kelly en l'air. Elle aimait cette sensation. Ca lui rappelait son enfance, quand elle allait aux Grands Lacs avec sa mère. Elle avait toujours aimé la mer et, enfant, elle s'était toujours dit qu'elle vivrait dans une ville au bord de la mer quand "elle serait grande". Elle soupira. Au lieu de ça, elle avait raté son rêve, raté sa vie. Son rêve de devenir médecin s'était évanoui, et l'ambition même d'une carrière médicale était à présent vaine. Quant à sa maison sur la plage ? Elle ne l'aurait certainement jamais... Elle soupira.

*Arrête de te faire du mouron... C'est bon, ta vie pourrait être pire. Que ça... Même si là, j’vois pas comment... Bon, arrête de penser, voilà, c'est fini, maintenant tu vas profiter. Oublies. Oublies.*

Et pourtant, quand l'avion avait décollé, ce matin, à Chicago, Kelly n'aurait jamais cru pouvoir enfin arriver sur l'île. Elle avait horriblement peur de l'avion. Surtout depuis les attentats, et tous les films qu'elle avait vu sur le 11 septembre. Au décollage, elle s'était cramponnée aux accoudoirs de son siège. Son voisin, plutôt charmant au passage, s'était inquiété pour elle.

"- Ca va aller ?, lui avait-il demandé"

Elle avait tourné la tête vers lui, et lui avait simplement sourit. Non, ça n'allait pas aller, ça n'aller jamais aller. J'ai tué un gosse, merde ! Voilà ce qu'elle aurait voulu répondre. Mais, bien sur, il fallait rester calme, polie. Ne rien dire. Et lorsqu'il avait essayé de la draguer, par une méthode totalement nulle soit dit en passant, elle avait suivi son jeu et restait très ambigüe avec lui, sachant très bien qu'il n'y aurait aucune suite.

Et puis, elle savait bien à quoi il s'intéressait, et ce n'était pas à son long discours sur la musique d'Elvis Presley... Non. Kelly était une jolie fille. Blonde, aux yeux bleus, elle avait un visage harmonieux, doux, qui inspirait la confiance et la gentillesse. Qaund à son corps, on pouvait dire qu'il était ferme, athlétique, et qu'elle n'hésitait jamais à l'exhiber. Même dans ce vieux jogging gris, Kelly était, pour ainsi dire et sans prétention aucune, quand même, une bombe.

L'avion avait atterrit à Phoenix où Kelly trouva sa correspondance pour Los Angeles. Un nouveau décollage, un vol qui dura, encore une fois, des heures. Et un atterrissage un peu raté du pilote qui s'en excusa. Une fois à L.A., elle sortit la lettre de son sac, celle qu'elle avait reçu et qui disait qu'elle avait gagné. Pourtant, elle ne se rappelait pas avoir joué à un jeu, ni d'avoir rien gagné... Elle pensait même, parfois, que le jeu avait dû se tromper de personne, mais elle s'en fichait. Maintenant, elle partait sur une petite île du Pacifique, à la mer, et elle allait en profiter, même si c'était au détriment d'une autre personne.

La côte de l'île se rapprochait, et les lumières de la ville, scintillantes, se reflétaient dans l'eau calme de la mer. Le bateau s'accosta au petit port de Deaton. Kelly descendit, avec l'aide du capitaine, du bateau et suivit le plan indiqué sur la lettre. Il faisait déjà nuit à Deaton. Le retard cumulé de ses vols l'avait fait arriver à 22 heures plutôt qu'à 19 heures. Mais maintenant, rien ne lui importait ! Elle y était enfin. Et son hôtel n'était plus qu'à quelques pas.

Il s'agissait d'un hôtel en marge de la ville. Un petit hôtel touristique. Charmant... Kelly admira ce qu'il y avait autour d'elle. La forêt, la mer. Elle inspira un coup et entra dans l'hôtel. L'hôtesse d'accueil leva la tête et lui sourit.

"- Vous devez être mademoiselle Graham ! lui dit-elle.
- ..... Oui.... Comment vous....
- Vous êtes la dernière réservation de la journée ! Bien, approchez, n'ayez pas peur, je ne vais pas vous manger."


C'était une femme d'un certain âge, qui avait sans doute était belle à son époque. Seulement aujourd'hui, le crâne dégarni, la peau ridée, tout ce qui émanait de cette femme, c'était la vieillesse, la mort... Kelly s'exécuta et se dirigea vers elle. S'appuyant sur le comptoir, elle lui montra la lettre, gage de sa réservation, montrant aussi qu'elle n'avait rien à payer.

"- Parfait.... Bien, voici les clés de votre chambre, vous êtes à la 204, bon séjour, lui dit la vieille dame avec un sourire."

Kelly sourit en retour, d'un sourire plutôt compatissant qu'autre chose et se dirigea vers l'ascenseur. La 204 n'était qu'au premier étage, mais elle était trop fatiguée pour prendre l'escalier. Elle ne pensait qu'à une chose : son lit, et n'attendait que de pouvoir s'endormir. La 204 était située près de l'ascenseur. Elle inséra la clé dans la serrure.

*Ils connaissent pas les cazrtes magnétiques ou quoi... Une clé, plus personne ne fait ça... La technologie n'a pas touché cet endroit... J'espère qu'il y a du réseau...Rha*

Lorsqu'elle ouvrit la porte, celle ci grinça. Kelly pesta et la referma rapidemment derrière elle. La chambre était assez jolie. Pas du grand luxe, mais le nécessaire. Kelly n'était pas déçue, mais elle pensait que lorsqu'on gagnait un voyage, on avait droit, minimum, à la suite royale... Elle haussa les épaules et posa son sac sur un des deux lits.....

* Deux lits ? Olah... Pourquoi il y a encore des affaires sur celui là ? Qu'est-ce que....*

Kelly se retourna vers ce qui devait être sa salle de bain. Elle n'y avait pas fait attention en arrivant, mais de l'eau était en train de couler.

* Qu'est-ce que c'est qu'ce délire....C'est une caméra cachée, c'est ça ? C'est une blague ? Pff...*


Mais Kelly n'eut pas le temps de maudire cet hôtel plus longtemps. La personne qui squattait avidement sa chambre venait de sortir de la salle de bain. Kelly se mit dans un coin. Il s'agissait d'une jeune fille. Un peu plus jeune qu'elle. Elle était assez chétive. Brune, ses longs cheveux noirs et mouillés ondulaient le long de son dos. Kelly observa la squatteuse avec intérêt. Celle ci commençait à déballer ses affaires, calmement.

* Non mais vas-y, te gênes pas, défais tes affaires, fais comme si j'étais pas là ! N'importe quoi...*

Soudain, l'étrangère s'arrêta. Elle sembla absente un instant. Kelly regarda de plus près. Elle avait, dans ses mains, un cadre. Intriguée, la jeune femme essaya de s'avancer un peu plus... Quand soudain, elle trébucha sur son propre sac et s'étala de tout son long sur le sol carrelé de la chambre, poussant un petit cri de surprise qui, sans doute, fit sursauter la squatteuse. Digne, Kelly se releva et regarda la jeune femme droit dans les yeux.

"- Me regarde pas comme ça, lui dit-elle. C'est ma chambre. Si yen a une de nous qui doit dégager, ça sera pas moi. Et puis, qu'est-ce que tu fais là d'ailleurs ?! T'es entrée comment ? Pff, j'y crois pas, ce jeu c'était qu'une grosse arnaque, en fait..."

Kelly soupira et s'assit sur son lit, ne quittant pas du regard la jeune inconnue.


"- Qui es-tu ? lui demanda-t-elle."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levesque Sofia Angel
« Rien n'arrive par hasard »
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 29
JOB : Serveuse au café bar avant d'atterir ici
MOOD : Good ? Hum, I know
Date d'inscription : 09/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 19
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Sam 12 Sep - 14:17

Les couchers de soleils avaient toujours était un des moments préférés de Sofia, voir le ciel se décomposer, la lumière disparaître en un râle si long et si coloré, les étoiles peu à peu apparaître sur un ciel qui passe du bleu au mauve, par des touches de roses et d'orange. L'air devenait toujours plus frais, plus parfumé. Mais ce soir là n'était pas comme tous les autres, les choses semblaient différentes ici, rien ni personne n'avait l'odeur ou la présence de sa mère, où qu'elle regarde Sofia voyait du neuf, du renouveau. Les psychologues disent tous que pour guérir d'un décès, d'une rupture il ne faut jamais fuir, il faut rester et cicatriser. Dans le cas de Sofia cela était faux, depuis la mort d'Enora la jeune femme était le fantôme d'elle même, elle avait considérablement maigrie, elle qui n'était déjà pas très épaisse, elle avait toujours de larges cernes sous les yeux, ses nuits étaient pénibles, éprouvantes et courtes, ses journées longues et fades. Là où elle vivait, dans son Paris natal, tout dans l'air avait une odeur de mort, de regret, toutes les choses semblaient la happer pour lui dire :

Tu vois, regarde, souviens toi de ce qu'elle était, de l'amour qu'elle représentait, de l'importance qu'elle avait, de ce qui vous liait. Et regarde maintenant le vide de ta vie, l'inutilité de ton existence. Tout est de ta faute, si tu l'avais aimé plus elle serait morte plus tard, peut être aurait elle guérie, peut être que tu aurait pu trouver un nouvelle greffe.

Ce soir là n'était pas un de ces soirs, pour la première fois depuis tant d'années Sofia regardait le ciel avec un œil nouveau, un œil serein. Ici rien ne lui rappelait sa mère, rien, aucun son ne risquai de faire écho à la voix de sa mère, aucune vitrine ne lui renverrait l'image d'une jeune fille trop idiote et égoïste pou comprendre et déceler le vrai du faux. Ici elle pourrait enfin réfléchir à Sofia, à ce qu'elle était, qui elle était. La maladie de sa mère avait finalement était un sauve conduit à sa propre vie, en vivant pour sa mère elle était passée entre les mailles du mal être des ados, jamais elle n'avait eu à se demander qui elle était, ce qu'elle attendait de sa vie.Elle n'avait vécu depuis ces 8 ans que pour sa mère, pour son plaisir, par elle. Peut être était ce pour cela qu'aujourd'hui, alors qu'elle tentait de reprendre sa respiration elle se sentait coupable, coupable de survivre à Enora... Ce soir elle passerait une nuit dans une nouvelle vie, elle ne ferait pas de mauvais rêve.
Mais Sofia n'eut pas le temps de rester plus longtemps dan ces pensées, en sous vêtements, son cadre dans les mains elle se retourna d'un coup sous le coup de surprise. La bouche ouverte, les yeux ébahis elle regardait la jeune blonde pulpeuse qui venait de se relever de par terre où elle avait chuté. Sofia ne put réprimer un sourire qui disparu bien vit sous l'effet des paroles de la jeune demoiselle.
Blonde, de taille moyenne, bien faite et assez jolie elle avait cependant l'agressivité d'un vieux chauffeur routier.

"- Me regarde pas comme ça, lui dit-elle. C'est ma chambre. Si yen a une de nous qui doit dégager, ça sera pas moi. Et puis, qu'est-ce que tu fais là d'ailleurs ?! T'es entrée comment ? Pff, j'y crois pas, ce jeu c'était qu'une grosse arnaque, en fait..."

*Quel accueil...*

Légèrement gênée Sofia ne sut pas quoi faire en premier : s'habiller ne serait-ce qu'un minimum ou bien répliquer immédiatement. Elle n'était pas du genre à s'exhiber facilement devant les autres, la nudité la gênait facilement, du moins la sienne, cependant seule elle aimait passer du temps en sous vêtements. Ainsi être découverte là, ses valises béantes, ses vêtements étalés, son corps offert à la vue de tous elle se sentait vulnérable. Sofia n'était pas de nature agressive et ce soir elle était crevée, l'autre en face d'elle semblait l'être aussi. Ainsi elle ne chercha pas à entamer une pseudo guerre elle n'avait qu'une envie se couvrir et éclaircir l'affaire.

_Hum, elle se racla la gorge, Bonjour d'abord, moi aussi je suis enchantée de te rencontrer, je suis Sofia Levesque. Je suis ravie de partager l'endroit avec toi. Oui oui il fait très beau.

Elle prenait un malin plaisir à monologuer sous les yeux de la jeune blonde qui venait de s'assoir, espérant ainsi la calmer un peu, pendant ce temps elle cacha furtivement le cadre photo sous un linge et enfila une veste bleu marine un peu large pour elle qu'elle zippa au plus vite, elle avait à présent l'air étrange, à moitié nue, couverte uniquement d'une immense veste, maigre sous ses longs cheveux blonds elle devait faire bien plus jeune que son âge réel.

_Je suppose que nous sommes aussi surprise l'une que l'autre, on ne m'a pas prévenue non plus que je devrait partager l'endroit avec toi. Peut être qu'elle s'est trompée en bas, mais en même temps vu l'heure, la réception doit être fermée. Je propose alors qu'on dorme ici ensemble et demain on ira demander ce qu'il en est. Parce que oui mademoiselle, heu.. Mademoiselle ? Cette chambre est également ma chambre.

Elle tendit à la blonde inconnue son invitation reçu pour le séjour ainsi que la clé de la chambre.

_Tu vois ?

Elle sourit gentiment à la jeune femme en face, pour désamorcer sa colère, mais au fond elle était aussi énervée qu'elle, elle était venue ici pour tenter d'oublier, de faire le point sur ce qui restait de sa vie et voilà qu'on lui collait une compagne de chambre à l'air hargneux. Sofia s'assit et tentant tant bien que mal de cacher ses jambes nues sous son pull elle écouta la jeune femme qui avait repris la parole.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly E. Graham

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 08/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 25 ans;
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Sam 12 Sep - 21:22

Kelly dévisagea l'inconnue. C'était un vrai paradoxe. Maigre, l'air fatigué, elle respirait pourtant la fraîcheur et la jeunesse sous ses longs cheveux mouillés. Puis elle regarda autour d'elle. La chambre. Sa chambre. Squatté par une jeune inconnue qui n'avait, visiblement, aucune manière.

"-Hum, elle se racla la gorge, Bonjour d'abord, moi aussi je suis enchantée de te rencontrer, je suis Sofia Levesque. Je suis ravie de partager l'endroit avec toi. Oui oui il fait très beau."

Assise sur le lit, la tête entre ses mains, Kelly n'écoutait qu'à moitié ce que Sofia, puisque c'était son prénom, lui disait. Mais, face à l'ironie de son "ennemi de chambre", elle ne put s'empêcher de sourire. L'autre moitié d'elle même, celle qui n'écoutait pas du tout, pensait à tout ce dont elle avait rêvé. Le calme. La tranquilité. Un lit à deux places. Des aventures d'un soir. Tout ça semblait s'envoler sous ses yeux. Elle entendit des bruits de vêtements froissés et le zip d'une fermeture éclair. Mais elle n'y prêta aucune attention, trop occupée à se maudire elle même d'avoir accepté l'offre de voyage du jeu. Elle aurait dû se douter que c'était un cadeau empoisonné... Elle aurait dû savoir.

Elle soupira, puis releva la tête vers Sofia qui, entre temps, avait revêtu un large pull qui couvrait son corps jusqu'au milieu de ses cuisses. Vu sous cet angle, elle ne semblait pas mal du tout. Mais son visage, encore une fois, lui en rapellait un autre. Le sien. Elle n'avait pas l'air d'avoir la conscience tranquille. Mais elle avait plutôt l'air de cacher quelque chose, quelque chose de lourd. Kelly l'observa mieux. Ses yeux, encore rouges, montraient bien qu'elle avait pleuré. Celà devait avoir un rapport avec ce qu'elle avait sortit de sa valise, juste avant que Kelly ne tombe et ne s'étale devant elle. Il lui semblait qu'il s'agissait d'un cadre, ou d'un carnet, mais elle ne s'en souvenait plus, elle n'y avait pas vraiment prêté attention.

"-Je suppose que nous sommes aussi surprise l'une que l'autre, on ne m'a pas prévenue non plus que je devrait partager l'endroit avec toi. Peut être qu'elle s'est trompée en bas, mais en même temps vu l'heure, la réception doit être fermée. Je propose alors qu'on dorme ici ensemble et demain on ira demander ce qu'il en est. Parce que oui mademoiselle, heu.. Mademoiselle ? Cette chambre est également ma chambre."

Mademoiselle... Kelly détestait quand on l'apellait par ce titre. Mademoiselle... Biensur, c'était toujours mieux que Madame, mais quand même... Celà ne faisait que de lui rappeler les mauvais souvenirs du procès que les parents d'Ethan avait engagé contre elle.

"Mademoiselle, veuillez-vous lever et juré sur la Bible que vous direz la vérité, rien que la vérité, et seulement la vérité.... Mademoiselle, veuillez avancer à la barre.... Mademoiselle, vous dites que vous avez confondu sans faire exprès les deux boites de médicaments, mais comment une étudiante en fin de dernière année peut-elle faire ça ?"

Ces voix résonnaient encore dans sa tête. La voix du juge, la voix de l'avocat de la famille. Et le regard des jurés, aussi impitoyables les uns que les autres. Tout ce qu'elle avait voulu fuir, en fin de compte, se retrouvait ici même, dans cette chambre, qui n'était plus la sienne. Elle dtestait ça. Lorsqu'elle se remémorait les mauvais moments, les mauvais souvenirs. Ca la faisait se sentir encore plus petite et idiote qu'elle ne l'était. Elle avait honte, elle avait mal et tout ce qu'elle demandait, c'était la paix...

* Décidément, cette réceptionniste n'a rien pour elle... Vieille, moche, et conne... Tout ce qu'il faut pour plaire.... Pfff*

Mais Sofia interrompit ses pensées très déplaisantes et bougonnes. Elle lui tendit un papier et sa clé.

"-Tu vois ? dit-elle"

Kelly prit ce que la jeune femme lui tendait. Une invitation, pareille à la sienne... Alors c'était ça le deal ? Tous les gagnants partageaient la même chambre ? Cette affaire était quand même très étrange.... Elle haussa les épaules. Puis elle regarda la clé. La clé de la chambre 204. Son regard se porta à nouveau sur Sofia qui attendait sa réponse.

"- Ok, j'veux bien te croire... Et désolée pour mon accueil assez... Comment dire.... Sec, Kelly marqua une pause...Mais comprends-moi, j'pensais que je serais seule. Pas avec... Une inconnue..."

D'ailleurs, dormir avec une fille qu'elle n'avait jamais rencontré auparavant lui faisait un peu peur. Ce qu'elle ne cacha pas à sa colocataire d'un soir.

"- A ce sujet, j'espère que tu n'es pas une folle échappée d'un asile ou un truc comme ça. J'veux dire, on se connait pas alors ça me fait un peu bizarre de dormir avec toi... Et puis... Il y a autre chose que j'espère............................. c'est que les ronflements ne te gênent pas ^^"
Kelly termina sa phrase par un de ces sourires dont elle seule avait le secret, même si, intérieurement, elle n'attendait qu'une chose, voire deux. La première était que Sofia dégagerait vite fait de sa chambre. Et la seconde, biensur, c'était que Sofia n'aimait pas ronfleurs, un nouvel élément qui la ferait partir encore plus vite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levesque Sofia Angel
« Rien n'arrive par hasard »
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 29
JOB : Serveuse au café bar avant d'atterir ici
MOOD : Good ? Hum, I know
Date d'inscription : 09/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 19
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Dim 13 Sep - 14:42

Sofia écouta sa nouvelle compagne de chambre qui semblait plus que jamais énervée, cependant elle s'était calmée. Sofia avait profité de la prise de parole de la jeune blonde pour observer ses valises, énormes et nombreuses contrairement aux siennes. Elle avait certainement du venir ici pour se vider la tête. A première vue Sofia aurait penser que c'était une de ces blondes superficielles et stupide, pourtant il y avait dans son regard et dans sa voix quelque chose qui disait le contraire. Cette jeune fille là ne pouvait pas être aussi idiote, rien ne l'indiquait. Sofia en fut rassurée et en même temps inquiétée. Partager sa chambre ne lui faisait en fait pas grand chose, elle ne comptait utiliser cet endroit que pour dormir et encore quand elle n'irait pas profite de la forêt dehors qui lui faisait de l'œil depuis qu'elle était arrivée, le problème était l'état de ses nuits, pleines de cauchemars, Sofia ne parvenait plus à faire de nuits complètes, elle craignait de parler dans son sommeil, chose qu'elle ne pouvait vérifier puisqu'elle dormait toujours seule, jamais elle n'avait eu de compagnon de nuit alors elle n'en savait véritablement rien. C'est alors que la jeune blonde évoqua son ronflement.

_Oh aucun problème, je ne dors que d'un œil de toute façon. Et puis ce n'est que pour cette nuit, demain nous trouverons un moyen.

*Enfin espérons*

Sofia sentait de plus en plus un peur immense à l'idée de partager sa chambre avec une inconnue, aussi peu occupée de ses affaires à elle qu'elle fut, Sofia avait comme une mauvaise impression.

_Et toi alors ? demande t-elle en réponse à l'allusion à l'aspect folle furieuse de sa colocataire, Qui me dit que tu ne va pas me tuer ? Hum ?

Sofia n'y croyait même pas à l'instant elle avait juste envie de se coucher et de plus réfléchir, sa sensation de liberté, de renouveau venait de disparaître occultée par la réalité.

*Qu'importe où j'irai, qui je rencontrerai, ce que je dirai, tout mon passé restera mon passé. J'ai l'impression que je ne survivrai jamais à tout ça, c'est trop dur...*

Sa gorge commençait à se serrer, de petites larmes pointèrent aux coins de ces yeux si clairs. "Ma Blanche Neige" disait Enora. Prise d'un haut le coeur Sofia courut vers la salle de bains se passer un peu d'eau sur le visage, ses yeux devinrent rouges, elle y resta quelques instants, et lorsque ses yeux avait repris leur couleur habituelle elle revint dans la chambre.

_Je suis navrée, je ne sais pas ce qui s'est passé, je dois sûrement accuser le décalage horaire.

Et depuis combien de temps n'avait pas mangé ? Elle tenait à peine debout, se sentait essoufflée et tout le bonheur qu'elle avait ressentit tout à l'heure avait disparu. Elle n'avait qu'une envie, se jeter sous les couvertures et pleurer, tout son long, elle qui ne pleurait presque plus aujourd'hui. Finalement cette fille n'a peut être pas tort, c'est une blague d nous mettre toutes les deux...

_Mais tu m'as dit que tu t'appelais comment déjà ?

Sofia tenta de puiser dans ses dernières ressources pour garder la face, cependant elle ne croyait pas aux miracles, le blonde en face d'elle avait du remarquer sa personnalité fragile.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly E. Graham

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 08/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 25 ans;
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Lun 14 Sep - 19:42

-Mais tu m'as dit que tu t'appelais comment déjà ?

Kelly réfléchit. Non pas qu'elle ne savait plus comment elle s'appelait, non, ça ellele savait. Elle réfléchit à comment les choses allaient se passer avec sa "colocataire". Maintenant qu'ellles allaient partager cette chambre, même pour une nuit, à tous les coups, les questions allaient fuser de partout.


*Tu travailles ? C'est quoi ton métier ? Quoi ? T'es au chomage ? Pourtant il y a plein de postes dans ton domaine ? T'as fait un truc de grave ? T'as été virée ? Réponds Kelly ! Réponds ! "

Et Kelly n'avait pas envie de répondre. Elle voulait juste dormir, ne plus penser à sa vie. C'était limite si elle ne voulait pas donner à sa coloc' un faux prénom pour ne pas avoir à lui raconter sa vie. Mais au fond, elle soupçonnait qu'elle savait déjà. Qu'elle avait surement senti en Kelly ce sentiment d'âme déchirée, de "mort vivante" car c'était exactement ce qu'elle ressentait. Elle se pensait morte. A l'interieur. Et, franchemlent, ce n'était pas un sentiment agréable. L'envie de rester au lit toute la journée. Ne plus trouver de but à sa vie. Espérer qu'une voiture la renverse au passage piéton. Vivre en attendant la mort. Alors c'était ça, la vie ?! On passe seize ans à s'amuser puis soixante à attendre de mourrir ? Mais Kelly reprit ses esprits et préféra arrêter de penser à ces considérations morbides qui n'avaient pas quitter son cerveau depuis la mort d'Ethan. Et, dévisageant sa coloc, elle dit :

"- J'pense pas te l'avoir dit. M'enfin, j'm'appelle Kelly. Kelly Graham. "

Elle avait dit ça avec un petit sourire timide. Comme si, d'un coup, elle avait été obligée de dévoiler tout ce qu'elle était. Cette Sofia l'exaspérait, mais, d'un autre côté, elle se sentait comme en confiance, comme si Sofia savait déjà tout d'elle. Elle la dévisagea à nouveau. Ce qu'elle avait pensé en la voyant pour la première fois se vérifia. Elle avait l'air d'être comme elle. Non, pas blonde, aux yeux bleus, avec un visage de pouffiasse. Mais cassée, cassée à l'intérieure. Comme si sa vie c'était arrêtée. Au fond, elle devait avoir la vingtaine, surement moins. Mais elle avait l'air tellement plus mûre. Comme si quelque chose avait brisé sa naïveté à jamais.

* Arrête de la regarder, sinon elle va t'p'rendre pour un epsychopathe >< Et puis dis quelque chose, ce silence là, c'est super gênant*

Kelly préféra alors regarder ses piefds, cherchant quelque chose à dire. Parler du temps ? Trop bête, il faisait nuit. Parler de la lune alors ? Non, trop bizarrre. Se renseigner ? Non plus, elle poserait les questions en retour. Que dire alors ? Kelly décida alors juste d'être elle même et, comme à son habitude, d'imposer son avis. Enfin bref, du pur Kelly, quoi.

- Bon. J'sais pas ce que t'en dis, et de toute façon j'en ai pas grand chose à faire, mais je suis cre-vée ! Donc si tu veux bien, j'vais aller mettre mon pyjama, et on va dormirpour que le temps passe plus vite jusqu'à demain. Bon.

Sur ces magnifiques paroles, tellement polies, Kelly se leva et attrapa ce qui lui servait de pyjama. Elle se dirigea vers la salle de bain. Le miroir était encore enbué. Tant mieux, elle ne voulait absolument pas savoir à quoi elle ressemblait. Elle s'en foutait, de surcroît. Elle enfila juste rapidemment son mini short noir et son large T shirt " I love Chicago". Eh oui, Après son I Love New York, Kelly avait enmené son deuxième T shirt préféré, pour ne pas oublier d'où elle venait. A dire vrai, elle les collectionnait et à chaque fois que l'un de ses amis partait un voyage, elle lui demandait de lui en ramener un. Ainsi avait-elle en sa possession celui de Tokyo, de Paris, de Londres, de Madrid, de Charlotte, de Phoenix, de Los Angeles, de San Francisco et enfin, de New York et Chicago. Et elle était très fier de cette collection, malgrès la bizarrerie du truc. Lorsqu'elle eut fini, elle se dirigea droit vers son lit, sans même regarder Sofia. Elle s'enmitoufla alors dans le lit frais. Elle adorait cette sensation, son corps touchant les draps propres. Puis, se tournant vers Sofia, bougonna un "bonne nuit" rapide et éteint la lumière.

Elle ferma les yeux, pensant très fort au lendemain quand elle serait débarassée de Sofia, de Chicago, et de toutes ces choses qui faisaient qu'elle se sentait mal, affreusement mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levesque Sofia Angel
« Rien n'arrive par hasard »
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 29
JOB : Serveuse au café bar avant d'atterir ici
MOOD : Good ? Hum, I know
Date d'inscription : 09/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 19
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Mar 15 Sep - 20:22

Elle s'appelait donc Kelly. Sofia pensa tout à coup qu'elle avait du être élevée parmi les ours pour être d'aussi mauvais poil. Sofia l'observa tandis qu'elle se perdait par instant dans ses pensées.

*Qu'elle est étrange, elle est énervante et touchante à la fois, hautaine et si minuscule. On dirait que sa vie est devenue trop grande pour elle. Ou alors elle est vraiment une peste et je la dérange.*

- Bon. J'sais pas ce que t'en dis, et de toute façon j'en ai pas grand chose à faire, mais je suis cre-vée ! Donc si tu veux bien, j'vais aller mettre mon pyjama, et on va dormirpour que le temps passe plus vite jusqu'à demain. Bon.


A peine Kelly avait prononcé ses mots qu'elle avait déjà disparue sous les draps, grommelant un vague "Bonne nuit". Sofia resta droite et ne bougea pas, ne savait trop quoi dire. Elle qui aimait à lire avant de dormir, c'était raté, les deux lits se faisait face et la lumière d'un coté gênait irrémédiablement la personne en face.

*Mince quoi.*

Sofia pris en vitesse une chemise pour passer la nuit (elle dormait toujours en chemise d'homme si ample et confortable), se glissa dans la salle de bain. Sous la lumière jaunâtre le teint de Sofia lui apparu cadavérique, ses yeux semblèrent enfoncés dans leurs orbites. Et ces cheveux, en filasse si fine, aux pointes abîmées. Elle ressemblait à si méprendre à un fantôme. Elle n'était plus que l'ombre d'elle même. Elle souria à la jeune fille dans le miroir mais cela sonnait faux.

*Mais regarde toi ma pauvre fille... Incapable de faire semblant de sourire.*

Elle se passa de l'eau sur le visage en fermant les yeux, l'eau était glacée sur son visage à la peau si fine, en relevant la tête de petits veines étaient apparues autour de son nez. Sans y faire attention la jeune Levesque retourna dans la chambre, se glissa dans ses draps et attendit que le sommeil ne la happe.

La pièce était plongée dans la pénombre lorsque Sofia se réveilla. Elle mit un petit temps pour reprendre ses esprits, elle se sentait mal, son ventre la nouait et elle avait envie de rendre le contenu de son estomac, vide depuis deux jours. En posant ses pieds sur le sol elle sentit un liquide froid, effrayée elle poussa un petit cri et alluma la lumière, la chambre était identique à l'état dans lequel elle l'avait laissée, tout à l'identique excepté le lit en face d'elle. C'était un lit d'hôpital, dans les draps maculés de sang se trouvait un corps menu, au premier regard Sofia vit Enora, vieille, chauve, ridée et malade, le corps transpercé de multitudes de perfusions et de tuyaux, la respiration courte et difficile. Elle avait le regard vide, creux, comme une morte, le teint pâle. Tout à coup le visage se mi à grossir, comme atteint d'une tumeur, en quelques secondes il n'y avait plus de visages mais uniquement un immense tas de peau humaine boursoufflée, les veines éclataient peu à peu, inondant encore les draps, et tachant le visage de Sofia. Au point culminant il explosa dans un hurlement perçant et effrayant. A la place d'Enora dans le lit gisait Kelly, cette jeune blonde rencontrée quelques heures plus tôt, le teint pâle et l'oeil vitreux elle regardait Sofia.

_Tu anéantis tous ceux que tu approches.

Et se mit à maigrir à vitesse accélérée jusqu'à ce qu'il ne reste plus que des os puis de la poussière sur le lit.

La pièce était plongée dans la pénombre lorsque Sofia se réveilla. Elle mit un petit temps pour reprendre ses esprits, elle se sentait mal, son ventre la nouait et elle avait envie de rendre le contenu de son estomac, vide depuis deux jours. Enfin elle se replaça dans l'espace, elle était dans la chambre d'hôtel, la lumière était allumée. Kelly était près d'elle. Sofia se rendit enfin compte que les draps étaient à terre, que ses cheveux étaient en bataille, sa gorge irradiait. Les yeux grand ouvert elle questionnait du regard sa colocataire.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly E. Graham

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 08/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 25 ans;
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Mar 15 Sep - 21:19

Endormie, Kelly rêvait. Et, pour la première fois depuis longtemps, son rêve ne portait pas sur Ethan, sur Chicago. Non. Elle était sur la plage. Le soleil se couhcaient. Les vagues lui effleuraient les pieds. Il faisait chaud. Il faisait beau. Le soleil illuminait sa peau de pêche. Et, au loin, un beateau partait de l'île. Elle sourait. A côté d'elle ? Personne. Elle était seule. Aussi seule qu'elle avait toujours été.

Mais, alors qu'elle profitait de la mer, un bruit la réveilla. Elle ouvrit les yeux.Sofia avait émit un petit bruit. Comme si elle essayait de parlait. Elle respirait vite. Et fort.

* Rha... C'est pas vrai celle là >< Elle va m'faire chier jusque dans mon sommeil...*

Kelly n'y prêta pas attention, mais essaya de se rendormir. Elle essayait de visualiser la plage, comme dans son ancien rêve. Mais rien ne venait. Rien à part Chicago. La ville grise. L'hopital danslequel elle travaillait. Et ce fameux instant où elle avait pris les mauvaises pillules. Puis Ethan. Il était là, il souriait. Kelly ouvrit les yeux. Elle ne voulait pas voir ça. Elle ne voulait pas penser à ça. Mais c'était plus fort qu'elle. La vision continuait. Ethan souriant, puis Ethan inanimé. Les infirmiers, se précipitant autour de lui. Le Docteur Johnson essayant de le ranimer. Tous les regards portés sur elle. Elle n'avait pas compris son erreur, à l'instant. Elle avait cru sa mort naturelle. Elle était tombée des nus quand la police avait frappé à sa porte et l'avait arrêté. Elle frissonna. Sofia refaisait son bruit étrange. Kelly soupira, énervée et se redressa.

Le sommeil de Sofia n'avait pas l'air plus calme que le sien, au contraire. Elle s'agitait. Se tournait. Se retournait. Kelly la regarda avec mépris pour lui faire comprendre qu'il fallait arrêter, qu'il fallait la laisser dormir en paix. Mais biensur, elle ne pouvait pas la voir. Quelle idée. Kelly se recoucha sur le côté. Elle ferma les yeux, mais les rouvrit desuite.

*Non pas ça.. Pas ça, s'il te plait...*

Les parents d'Ethan. La mère en pleurs. Le regard accusateur. Elle détestait ça. Puis, sa mère. Le regard déçu de sa mère qui la croyait meurtrière. Elle l'aurait bien tué sur le coup. Quelle horreur... Ils la voyaient tous comme une espèce de... De tueuse. Elle avait perdu son identité. Kelly s'allongea sur le dos et regarda le plafond. Ses insomnies allaient recommencer. Et du côté de Sofia, rien ne semblait s'arranger. Elle murmurait des mots incompréhensibles. Kelly s'assit sur son lit et la regarda. Qu'est-ce qui pouvait bien tourmenter une fille aussi jeune. Elle ne connaissait rien à la vie. Elle n'avait jamais tué. Elle n'était jamais allé en prison. Elle n'avait jamais du galérer. Elle avait quoi ? La vingtaine ? Et elle avait déjà l'air si triste.

Et puis elle cria. Non. Elle hurla. Kelly sursauta.

"- Sofia ?, lui dit-elle"

Pas de réponse. Sofia sembla se calmer un instant. Puis elle recommença à s'agiter. De quoi pouvait-elle rêver ? Rien d'érotique... Ou alors, avait-elle des tendances sado mazochistes. Non. C'était plus délicat. Un cauchemard ? Surement... Kelly la regardait toujours quand elle se réveilla en sursaut. Dans son agitation, ses draps étaient tombés par terre. Sofia la regardait, l'interrogeant de ses yeux vifs et effrayés. Elle ne dit rien. Avec ce regard et ses cheveux ébourrifés, Sofia avait l'air d'avoir passé une nuit dans le manoir de l'horreur... Kelly soupira, passa sa main dans ses cheveux et la regarda avec compassion.

"- Tu t'es mise à hurler.T'as parlé dans ton sommeil. T'arrêtais pas de bouger. Et te voilà..."

Kelly attendit un instant puis lui sourit. Elle ne savait pas quoi faire. D'un côté, elle avait envie de la réconforter. Mais d'un autre côté, elle ne voulait pas lui paraitre faible... Elle soupira intérieurement et se dit qu'elle s'en foutait, après tout, de paraitre faible.

"- Finalement, mes ronflements sont le cadet de tes soucis, lui dit-elle en riant."

Kelly fit alors un geste qui allait la trahir. Montrer sa vraie nature. Elle n'était pas venue ici popur se faire des amis. Mais elles ne voulait pas d'ennemis en plus. Alors, elle se leva, s'assit sur le lit de Sofia, à côté d'elle. Puis elle la prit dans ses bras puis la lacha. Rapprochant ses genoux de sa poitrine, elle entoura ses jambes de ses bras et regarda Sofia.

"- Ecoute Sofia, je sais qu'j'ai pas été très tendre depuis qu'on s'est rencontrées... Mais je ne connais rien de toi, tu ne connais rien de moi. Je suis pas là non plus pour te juger... Alors si tu veux parler, je t'écoute... J'veux dire, on a deux solutions. Soit tu me racontes ta vie, ton cauchemard... Soit on fait connaissance, et ça viendra tout seul... "

Elle esquissa un sourire. Il s'agissait de la mettre en confiance. Et puis, de toute façon, elle n'avait plus envie de dormir, elles avaient toute la nuit devant elles.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Levesque Sofia Angel
« Rien n'arrive par hasard »
avatar

Nombre de messages : 55
Age : 29
JOB : Serveuse au café bar avant d'atterir ici
MOOD : Good ? Hum, I know
Date d'inscription : 09/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 19
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Mer 16 Sep - 11:02

Sofia repris lentement ses esprits. Il lui était tout d'abord impossible de se souvenir. Elle regarde la chambre d'hôtel, Kelly assise près d'elle, les draps en vrac sur le sol, puis elle se regarda, rarement elle se réveillait de ses cauchemars, le plus souvent elle y restait, comme prisonnière de l'enfer perpétuel de son crâne, elle y souffrait. Mais ce soir, ce soir elle s'était réveillée. Se souvenir. Un lit, sa mère, la tumeur, Kelly. Sofia posa ses yeux bleu gris sur sa colocataire.

_Je crois que j'ai rêvé de toi...

Elle pris une grande inspiration, raconter, voilà ce que demandait Kelly en échange d'une nuit gâchée. Après tout, il était pratiquement improbable qu'elles soient séparées, la femme à l'accueil l'avait bien dit "Bientôt tout le monde sera là et les chambres seront complètes." Ainsi les deux jeunes femmes devraient se côtoyer encore un peu de temps, si les cauchemars revenaient, comme il est censé de le penser, Sofia allait réveiller Kelly toutes les nuits, et si toutes les nuits elle refusait de lui dire, la jeune femme allait sûrement perdre patience.

Kelly posa ses mains sur Sofia, qui frissonna, le dernier contact humain qu'elle avait eu avait été avec sa mère, le jour de sa mort, et c'était avec un cadavre, depuis elle fuyait comme la peste les lieux trop plein de monde. Chaque frôlement humain sur sa peau lui faisait comme une décharge électrique. Mais là la main de Kelly près d'elle la rassurait, c'était comme redevenir une enfant, rassuré par un adulte après un affreux rêve.
Sofia remit alors ses cheveux en place, déglutit, inspira un grand coup.

_Tu sais, sa voix était un peu cassée, la peur la prenait, les yeux dans le vague la tête légèrement baissée, elle n'offrait à Kelly qu'une vision de profil, je fais des cauchemars depuis près de deux ans. Ma mère est... sa voix se brisa sur ces mots, morte il y a presque deux ans, j'allais fêter mes 18 ans deux semaines plus tard. Elle avait un cancer généralisé depuis quelques années. J'ai quitté l'école à 16 ans pour elle. Et elle morte, toute seule. On s'est.. fâchées.

Sofia marqua un temps d'arrêt, elle avait raconté cela comme si elle parlait du scénario d'un film qu'elle avait vu, comme si ce n'était pas sa vie. Ce n'était plus sa vie, la jeune Sofia, celle qui avait perdue sa mère, était morte deux semaines avant ses 18 ans, la fille qui était assise ici était un fantôme, une pâle copie, une fouttue copie. Sofia sentait un regard inquisiteur sur ses épaules. Elle n'avait pas expliqué...

_Je rêve souvent de la dernière vision que j'ai de ma mère, chauve, abîmée, les traits tirés, les yeux rentrés dan leurs orbites. Cette nuit j'ai vu ma mère si vieille, si malade, une tumeur sur elle, du sang, des cris, des souffles, une odeur affreuse, mal au ventre et puis toi...


Tout ce qu'elle disait n'avait pas de sens, ce n'était même pas une phrase. Sofia tournait autour du pot. Elle en parvenait pas à se confier à une inconnue même si elle avait besoin de parler.

_Kelly, j'ai tué ma maman, je l'ai laissé mourir toute seule.

Sofia éclata en sanglots, gros lourds, elle ne pouvait s'arrêter, pleurer devant la jeune blonde ne la gênait même pas, elle ne se sentait plus, il n'y avait plus que ses yeux qui se vidaient, plus rien n'existait en cet instant. Et dans sa tête elle avait continuer :

*J'ai tué le médecin qui a tué maman, ce pourri avide de fric, je l'ai tué, et personne n'en saura jamais rien, un ennemi à lui est en prison, pas un innocent non, mais il ne l'a pas tué, moi j'ai fuis. J'ai tué. Je suis un monstre, je tue tous ceux qui m'approche et aujourd'hui je ne ressent plus rien, je traine ma peine comme un lourd fardeau, tout est posé là sur mon coeur et j'ai l'impression que plus les jours passent moins je peux respirer.*

Mais cela elle ne le prononça pas, ses larmes semblèrent parler pour elle. Un seul meurtre à la fois. Kelly allait certainement la lâcher, demander à partir. Sofia l'aurait comprise, elle était un monstre, une névrosée.

_Je com...comprendrais qu... que tu... tu part... paa... partes...

Elle reniflait en tentant de parler mais rien n'y faisait elle ne se calmait pas, de l'eau, de l'eau, encore de l'eau, rien que de l'eau, comme si elle pouvait laver sa peine et ses péchés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kelly E. Graham

avatar

Nombre de messages : 20
Date d'inscription : 08/09/2009

YOU & YOUR NIGHTMARE
AGE DU PERSO: 25 ans;
YOUR SECRET:
RELASHIONSHIP:

MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   Mer 30 Sep - 21:54

[ je répond demain, désolée du retard mais j'avais pas capté que t'avais répondu !>
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent   

Revenir en haut Aller en bas
 
Les portes grincent lorsqu'on les ouvrent
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» le passage des portes des glaces
» Bordeaux 2010 - Un autre millésime de folie à nos portes ?
» Portes-ouvertes de la 2.0
» Seigneurie issue de mérite de Les Portes (La Garde Adhemar)
» journée portes ouvertes au Club table ronde

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: THE RESIDENCES :: DEAVON'S HOTEL :: Sofia & Kelly's room-
Sauter vers: